Même les marins morts adorent Brassens : leurs voix d'os chantent l'écope d'abord